La télémédecine appelée à se développer en France

Télémédecine - Consultation à distance doctors connect to remote patients with teleconsultation technology - les médecins se connectent à des patients éloignés grâce à la technologie de téléconsultation

La télémédecine appelée à se développer en France

L’innovation en santé est constante, que ce soit au niveau des pratiques ou des technologies. Et parmi les pratiques innovantes on retrouve la télémédecine, c’est-à-dire la possibilité de consulter un médecin à distance. Cette pratique encore timide en France, sera encouragée avec l’entrée en vigueur du remboursement des téléconsultations à partir du 15 septembre 2018.

 

 

La télémédecine, c’est quoi ?

 

Réglementée en France depuis 2009, la télémédecine est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication qui permet au patient de consulter son médecin à distance par écran interposé.

 

Il existe plusieurs types d’actes médicaux rendus possibles grâce à la télémédecine :

 

  • La téléconsultation : comme son nom l’indique, il s’agit une consultation à distance durant laquelle le patient peut être accompagné par un professionnel de santé
  • La télé-expertise : communication entre deux professionnels de santé qui souhaitent échanger un avis médical. Elle permet d’avoir un second avis sur un diagnostic.
  • La télésurveillance : dispositif permettant d’interpréter les données médicales d’un patient à distance pour poser un diagnostic.
  • La téléassistance médicale : intervention à distance d’un médecin confrère lors de la réalisation d’un acte médical.
  • La réponse médicale apportée dans le cadre de la régulation médicale (SAMU).

 

Quelles pratiques aujourd’hui ?

 

Les délais d’attente pour décrocher un rendez-vous médical aujourd’hui en France sont en augmentation constante. Le délai moyen d’obtention d’un rendez-vous chez un médecin spécialiste libéral est passé de 48 à 61 jours en cinq ans. Quant au généraliste, il faut désormais patienter une semaine, le double qu’en 2012, pour décrocher un rendez-vous.

Dans ce contexte, la télémédecine pourrait être une des pistes privilégiées pour améliorer l’accès au système de soins.

 

L’année 2014 marque un tournant, puisque des expérimentations ont été lancées en France par les Agences Régionales de Santé en matière de téléconsultation, avec notamment la mise en place de téléconsultations au profit des résidents d’EHPAD et chez certains médecins de ville.

 

Néanmoins, la télémédecine reste néanmoins rarement utilisée. Pour preuve, seulement 3% des Français auraient déjà expérimenté des vidéos-consultations et la sécurité sociale enregistre seulement 0,3% de consultations dispensées en actes de télémédecine.

 

Une majorité des Français y sont pourtant favorables. Selon une étude menée en 2017 par BVA, la téléconsultation intéresse 42% des Français qui se sentent prêts à avoir une consultation en ligne, principalement pour les usages suivants :

 

  • Renouveler une ordonnance
  • Demander conseil directement à un praticien
  • Soigner des maux « simples » comme une angine
  • Avoir l’avis d’un second médecin
  • Aborder un sujet de santé intime en toute discrétion

 

Le remboursement de la télémédecine pour favoriser son développement

 

Les démarches de test mises en place depuis 2014 ont convaincu les acteurs privés et publics de l’utilité de ces solutions, mais aussi de prendre la mesure d’une lente appropriation des usages qui peut s’expliquer entre autres par le non-remboursement par la CNAM. Ce frein est en passe d’être levé puisque dès le 15 septembre 2018, l’Assurance Maladie va rembourser les téléconsultations au même tarif que les consultations : 25€ pour les généralistes et 30€ pour les médecins spécialistes. Les patients auront ainsi le choix en cas d’incapacité de se rendre chez le médecin ou lorsqu’ils sont en déplacement, de consulter à distance leur médecin traitant si celui-ci est équipé ou de faire appel à un médecin inscrit sur une plate-forme de téléconsultation.

 

Pour téléconsulter, les médecins auront un certain nombre de formalités à remplir comme la déclaration à son assurance professionnelle. Il devra également être abonné à une plate-forme agréée par l’ARS, bénéficiant d’un archivage sécurisé des données de santé (sur serveur agréé HADS) et signer avec cette dernière une convention. Pas besoin d’équipement lourd puisque que la caméra de l’ordinateur (ou de la tablette) suffit. Pour encourager les médecins à se lancer dans la télémédecine, la CNAM a prévu des mesures financières.

 

Remboursement des soins de télémédecine

Remboursement des soins de télémédecine

 

 

La qualité de l’expérience et la sécurité des données : des facteurs clés pour le succès de la télémédecine

 

Aujourd’hui, les conditions législatives et économiques sont désormais en place pour que notre système de santé profite pleinement des bienfaits de la télémédecine. Cependant, la vitesse d’appropriation de ces nouveaux usages dépendra notamment de l’adhérence des solutions aux besoins des utilisateurs, de la capacité de ceux-ci à se projeter dans cette nouvelle configuration de soins et de la qualité des premières expériences entre patients et médecins.

 

Cela impose de fortes exigences aux différents acteurs de la télémédecine concernant la qualité de service des communications audio/vidéo et la protection des données personnelles des patients. Les plateformes de télémédecine devront garantir des communications de qualité (sans interruption et haute définition) et leur conformité aux modalités d’hébergement de données de santé à caractère personnel (HADS) prévues par le code la santé publique.

 

 

Les économies promises par la télémédecine

 

Une étude faite par l’Université de Californie Davis a évalué l’impact de la télémédecine en trois points : une économie de temps, une réduction des déplacements et une réduction de l’impact environnemental.

 

Cette étude montre ainsi à court terme une économie de 150 euros par consultation. Et à plus long terme (9 ans dans le cas de l’étude) une réduction de 8,6 M de km parcourus.

 

Par ailleurs, cette étude le souligne bien, au-delà des résultats économiques : le confort du patient est grandement amélioré.

Moins de déplacements, des économies sur les transports sanitaires, et des professionnels de santé également satisfaits.

 

Des questions sur nos solutions pour la télémédecine ?

 

Découvrez nos solutions pour la télémédecine Contactez-nous !

 

 

 

open

Pour suivre nos actualités, inscrivez-vous à notre Newsletter S'inscrire

Une démo ?